Les Cordes écarlates – Andréa Deslacs

PrésentationCORDES Pour lire un extrait

Où l’acheter ?

Nouvelle numérique disponible sur toutes les plateformes numérique, en voici quelques unes, cliquez sur les images pour accéder à la plateforme désirée :

i tunes               kobo               images

6m4JxAxgB0okp8J9EBTXCg-7Switch_logotype_nogradient         LOGO-DECITRE-ROUGE                     nolim-store-logo

La nouvelle est disponible au format papier dans l’anthologie Nouvelles Fantasmagoriques automne 2015, informations en cliquant sur l’image ci-dessous :

couv' nouvelles Fantasmagoriques

Avis de lecteurs

L’Imaginarium : « Je tiens à noter tout de suite cette fin à laquelle je n’avais pas songé un quart de seconde. On comprend que ce violon albâtre aux ordres écarlates est particulier certes… Mais j’ai été très agréablement surprise par cette fin superbement menée et adéquate. (…) « Les cordes écarlate » est un texte empli de poésie de par son écriture mais aussi de par cette plongée dans les mélodies classiques, dans les pleurs et les joies de l’instrument. » L’Imaginarium, cliquez pour voir l’avis complet.

Heart’n’Soul : « Les pages tournent seules et nous sommes happés par l’intrigue ainsi que par le style de l’auteur (…) Chacun des mots est très habilement choisi comme des notes sur une portée et la nouvelle se dévore d’une traite avec une saveur de grand cru. » Heart’n’Soul, cliquez ici pour l’avis complet.

Chroniques Livresques : « Les mots rappellent la légèreté parfois de la mélodie, mais aussi la tristesse, la profondeur, le mal-être, puis l’envol. Tout comme cet hymne, le récit découle avec une grande facilité. Une harmonie qui se laisse découvrir tranquillement. (…) J’ai passé un bon moment de lecture, il n’y a pas de doute possible. L’envoutement est autant pour le lecteur que pour les personnages. » Chroniques Livresques, cliquez pour voir l’avis complet.

L’Eden des Rêves : « Dès les premières lignes, nous sommes happés par cet hymne qui, même s’il n’a pas commencé, semble déjà se murmurer et résonner entre les mots. (…) D’ailleurs, dites-vous que pour si peu de pages (un peu plus de 30), c’est juste incroyable de ressentir autant ! On s’y croirait ! Il y a même un peu de complicité, d’humour… » L’Eden des Rêves, cliquez ici pour voir la chronique complète